17 tagged articles Kitten

I am no longer a kid, i'm Charlie 10/01/2015

 




I'm Charlie. Je suis Charlie. Nous le somme toutes et tous. Mobilisons-nous, ne les laissons pas nous voler notre liberté d'expression. Prestons fier(e)s et droit(e)s. Et surtout, surtout PAS d'amalgame ! C'est ce qui mène à la haine, ne soyons pas aussi stupides qu'eux!

Kitten prologue 06/04/2010



Il avançait seul sur cette route quasi déserte, ici tout était gris, les murs, les immeubles, le bitume, le ciel, tout.
Le jeune androgyne rabattit sa capuche et renfonça ses mains dans les poches de son sweat informe, la température a encore chutée, il fera bientôt nuit, encore cinq cent mètres et il sera arrivé. Il remonta la sangle de son sac-à-dos sur sa frêle épaule et poursuivi sa route.


Il en avait pris l'habitude désormais, tout les jours il devait parcourir les deux kilomètres cinq qui le séparait de son lycée. A pied, parce que sa mère refusait de lui payer le bus, ce n'est pas comme si on lui demandait son avis, donc il partait avant tout le monde et revenait le dernier, quand les habitants lambda de la cité avaient fait place à la faune nocturne. Des dealeurs, racketeurs, trafiquants en tout genre, réunis en groupe un peu partout, braséros, RAP, alcool, joints, la nuit leur appartient , ici, ils sont chez eux.


Alors Bill fait profil bas, ici il vaut mieux ne pas se faire remarquer, alors il se fait le plus discret possible, juste une ombre anonyme dans la nuit. Ça fait plus d'un an qu'il vit là, ou plutôt vivote, presque deux ans que sa vie tranquille s'est dégradée, effondrée comme un château de carte, du jour où son père s'était tué dans un banal accident de la route, un accident comme il y en a tous les jours partout dans le monde.
La suite ne fut qu'un long engrenage, Simone, sa mère, avait sombrer dans la dépression et l'alcool et s'était totalement désintéressée de lui, non pas qu'il fut le centre de sa vie jusqu'alors.
A la suite de ça, sa mère, avait été licenciée, puis les dettes s'étaient accumulées, les huissiers avaient saisi les meubles et le pavillon et ils avaient atterri là à Marzahn souriante cité HLM de la banlieue berlinoise.


Sa mère avait alors commencée à écumer les bars et un matin Bill s'était retrouvé affublé d'un beau-père Lenny.


Il leva les yeux vers le ciel qui s'assombrissait déjà les nuages étaient menaçants et ça n'arrangea rien à son moral.
Il remonta un peu plus le zip de son sweat et pressa le pas déjà en vue de son immeuble. Ses mains gelées enfoncées dans ses poches, il rentrait ainsi tout les soirs, deux kilomètres cinq aller, deux kilomètres cinq retour, pour regagner le taudis qui lui tenait lieux de foyer. Autant dire qu'il s'était fait à l'idée, fataliste plutôt que philosophe, les choses avaient bien changées en deux ans...


Le 12 janvier 2008 son père Jorg s'était levé, préparé et avait pris sa voiture comme tous les matins, il avait rejoint le trafic et c'est là qu'un chauffard avait coupé sa route, sa voiture avait été propulsée contre un mur et son père tant aimé, Jorg Trumper 43 ans, était mort et Bill avait dû tourner la page.


C'était ainsi il faisait la route seul et à pied car sa mère ne lui donnait jamais d'argent pour prendre le bus. Non l'argent avait une toute autre utilité pour elle, elle et Lenny.


Il atteint enfin le hall vétuste aux murs tagués et sales et se dirigea directement vers les escaliers, l'ascenseur ne fonctionnait jamais. Il rentra avec ses clés, soulagé de constater qu'ils n'étaient pas là, surement parti fêter le versement des aides sociales au bar du coin.
Quelques heures de répit. Il s'empressa d'aller s'enfermer dans sa chambre grappillant au passage un sachet de chips dans la cuisine. Il ôta son sweet défraichis, défis l'élastique qui retenais ses longs cheveux, beaucoup trop long pour le quartier, et s'installa à son bureau.


Il s'était à moitié endormi sur ses devoirs quand il les entendit revenir dans un gros bruit sourd, sa mère était surement tombée une fois de plus.


Il les entendit se disputer à propos d'une bouteille de rhum et il pris son mp3, la musique l'aidait à s'évader, à ne plus penser à eux. Il s'allongea sur son lit pour finir son devoir d'histoire, il lutta mais fini par s'endormir.


Quant il rouvrit les yeux sa petite chambre était plongée dans la pénombre et il était assoiffé, il déverrouilla sa porte lentement et il l'ouvrit attentif au moindre bruit, il se faufila silencieusement, longeant le couloir en priant de ne pas tomber sur lui, se faufiler étais devenu sa spécialité, avec sa corpulence petite et menue il passait quasi inaperçu, quand son beau père était de bonne humeur il l'appelait "La souris". Il avait presque atteint la cuisine quand il surgit. Ses yeux injectés de sang l'effrayèrent, il pouvait se montrer violent quand avait bu. Il Se jetta sur lui, Bill voulu fuir mais il se colla à lui, broyant presque son bras et tentant de glisser sa main dans son pantalon. Il se débattit et supplia en larmes « Non, Non je t'en pris pas ça» alors il le gifla sèchement lui ordonnant de se taire et entreprit de lui enlever son t-shirt. Avec l'énergie du désespoir Bill le repoussa. Sa tète heurta le mur et l'alcoolique s'effondra lourdement au sol, assommé.
Tremblant de rage et de peur Bill se releva, couru dans sa chambre, rassemblant quelque vêtements, son crayon khôl et son mp3, ses biens les plus précieux.
Il renfila son sweat, ressorti, enjamba l'ordure toujours au sol et avant de sortir il jeta un ½il dans le salon, Simone ronflait affalée sur le divan, elle ne s'était même pas réveillée.
La porte claqua et l'adolescent s'enfuit dans la nuit à toute-jambes...


La disparition de son père, la défection de sa mère
Toute cette souffrance...
Et maintenant ça...
C'est trop pour un seul homme, un homme? Non, un enfant
Un enfant qui a dû grandir trop vite par la force des choses,
Un gamin fragile dans un corps d'androgyne, trop attirant pour son malheur.
Une beauté, une attraction, qu'il ne peut ni ne veut assumer, ça le dépasse
Lui il est Bill, juste Bill et il n'a rien demandé de tout ça...



Il couru longtemps sous la pluie battante, à bout de force, à bout de souffle, il fini par ralentir mais poursuivi sa route sans but, continuer, ne pas penser, au froid, à la faim, à ce qu'il vas devenir, seul et démuni.
Il erra des heures durant, dans la nuit, atteignant le centre de Berlin ses frêle jambes ne le portant qu'avec peine, ses yeux brûlant de fatigue et il s'engagea dans une ruelle sombre et se laissa glissé au sol, trempé et transi de froid, caché par des cartons, de toute façon trop épuisé pour faire seulement un pas de plus.

...

« Hey, hey petit! » Bill rouvrit les yeux dérangé dans son sommeil par une main qui le secouait, « Hey que fait-tu ici? » Il fit l'effort de lever la tète pour voir son interlocuteur et vit un jeune blond, il avait l'air gentil « Allez viens, ne reste pas là, t'es gelé en plus» le jeune homme le hissa sur ses jambes, passa un de ses bras par dessus ses épaules pour le soutenir, l'entrainant vers une porte un peu plus loin et Bill se laissa faire.





Un com' là pour être prévenu de la suite
Merci à ma Microbette chérie
ma bêta sur cette fiction
kissoux
Scratounette

Tags : Kitten

Kitten Chapitre 1 14/05/2010




Chapitre 1





"De retour parmi les vivants?!"
"Hm?" Bill émergea difficilement, il se sentait comme s'il pesait des tonnes. Il cligna durement des yeux, un grand blond au sourire éblouissant se tenait au dessus de lui, le soleil accrochait ses cheveux et Bill eu l'idée idiote qu'il ressemblais à un ange.
"Ouais bonjour à toi aussi" rit le blond, "Moi c'est Andreas, Andy pour les intimes"
"Oh heu... moi c'est Bill, je... je suis où?" il étais sur un petit canapé, une couette sur les genoux.
"Alors dans l'ordre, tu es ici au 'Nid', dans ma piaule pour être plus précis, on est le jeudi 18 Octobre et il est 16 heures 34 si tu veux tout savoir" Bill sourit à l'air volubile de Andreas, il parlait vite ses mains faisant des moulinets, puis réalisa.
"Jeudi? Hoqueta-t-il, Deux jours?!", il jeta un regard circulaire à la pièce tentant de rassembler ses idées.
"Ouais ça fais deux jours que tu dors sans répit, t'en fais pas pour ça, t'avais l'air épuisé" ajouta-t-il avec sollicitude, "Et comment tu t'es retrouver là, Bill?"


Le brun baissa la tète confus, "Je... je me suis enfuis de.. chez moi", il s'interrompit le c½ur lourd.
" Je... je pourrais pas y retourner... jamais" ajoutât-t-il tremblant.


"Tu peut rester ici, tu es le bienvenu en mon humble demeure" conclut-il théâtralement en montrant son studio d'un large geste, tirant un pâle sourire à son invité.
"Mais... tu... tu me connais même pas"
"T'inquiète, j'ai été dans la galère moi aussi, je sais ce que c'est"


L'espace d'un instant son immense sourire disparu et il eu l'air lointain, mais ce fut si rapide qu'il n'en fût pas certain.
"Merci, merci infiniment, Andreas."
"Andy, et t'en fais pas pour ça"
"C'est quoi le... le Nid?"
"Oh c'est là où vivent la plupart des employés du "Black Light" on est juste au dessus en fait, le boss aime savoir ses employés à disposition. Mais c'est une longue histoire et tu dois mourir de faim, non?"


Bill murmurât un petit "Oui" gêné, de toute façon son ventre gargouillais trop fort pour qu'il puisse nier.
"Mais je... j'aimerais me laver avant"
"La salle-de-bain et juste là, je te laisse te rafraichir ensuite je t'emmène à la cuisine, et je te raconterais... Allez sauve-toi Kitten"
"Kitten?!"
"Ouais, Kitten, ici tout le monde a un surnom et tu ressemblai à un chaton perdu quand je t'ai trouvé" conclut-il tout fière.
"Oh, Kitten, ça me plais" décidât Bill.


Bill laissa l'eau de la douche le réchauffé progressivement, il se sentait si froid à l'intérieur. Dieu! qu'allait-il devenir? Du jour au lendemain, a à peine 16 ans, il se retrouvais sans famille, sans foyer, sans argent et n'avait nulle-part où aller, il était complètement perdu et toute ses pensées tourbillonnaient dans sa tête à lui en donner le vertige, il n'était pas encore apte à réfléchir sereinement, pas encore. Il temporisa se disant qu'il était affamé et encore engourdi de sommeil, et s'accorda du temps avant de faire le point sur tout ça. Il se frotta énergiquement, semblant vouloir se débarrasser de son mal être et gémit de douleur, son bras le faisait souffrir, il examina les bleus le constellant, et se pinça les lèvres en se rinçant rapidement, il ne laissera plus personne lui faire du mal. Il se sécha sommairement et enfila un vieux jean et un petit tee shirt sa garde robe était plutôt maigre.



Ils descendirent donc aux parties commune et Andy lui fit faire une visite succinctes des lieux, suite à quoi il l'emmena à la cuisine et dévalisa le frigo, ramenant un monceaux de victuailles sous les yeux ébahis de Bill, il sortit du pain deux couteaux et ils se jetèrent sur la nourritures comme deux affamés.
Et Andreas raconta, il raconta comment il avait débarqué ici après que son propre père l'ai viré de chez lui, comment il avait débuté au club en simple barman, pour ensuite servir en salle puis au bar, était monté sur le bar en question et faisait à présent partie intégrante du 'show' en tant que gogo.
II lui dis aussi comment il s'était diversifié, passant au strip intégral et autres danses privées à l'occasion avec ses clients régulier.
Il lui dis qu'ici les clients trouvaient toujours leur bonheur quelque soit leurs 'préférences', qu'au club il y avait des professionnels des deux sexes et que des chambres étaient disponible à l'étage pour ceux qui le souhaitait, mais que toute fois ici personne n'était forcé à 'monter' le service d'ordre y veillait, les gogos décidaient par eux même.


Entre deux bouchées lui expliquait le fonctionnement du club, la clientèle plutôt luxueuse, que les employés se faisait de très bon mois et que personne ne voulait céder sa place, bien au contraire.
Il en parlait comme si c'était la chose la plus fantastique et la plus naturelle qui soit.
Il racontait et Bill, livide et les yeux rond, l'écoutait fasciné et horrifié à la fois, cependant une idée germa et fit son chemin dans son esprit, une possibilité, 'Et si...'
A situation désespérée, mesures désespérée.


"Et tu... tu crois qu'ils me prendraient? Seigneur j'arrive pas à croire que je te demande ça... Mais ça serait peut-être... la solution" Et c'est pas comme si j'avais vraiment le choix
"Et pourquoi pas, tu pourrais faire le service en salle"
"Mais... le truc c'est que... je suis pas majeur"
"T'as quel age?"
"16 ans"
"T'inquiète, personne ne te demandera tes papiers, ici c'est comme à la légion étrangère, plus de nom, plus de passé... et tant que t'es pas centenaire ton age on s'en fout." Fini-t-il en riant.


Ils furent bientôt rejoint par deux jeunes blondes, l'une d'elle ne portait que ses sous vêtement et Bill détourna le regard, gêné. Elles lancèrent un regard interrogateur à Andy qui leur présenta Kitten tout fière de raconter comment il l'avait trouvé, et Bill eut réellement l'impression d'être un chaton abandonné pour le coup.


"T'as de la chance elles t'ont tout de suite adopter, j'en était sûr tu es tellement mignon, Kitten!" ajouta-t-il railleur
"Ouais ben ça va! c'est de ta faute tout ça" marmonna le dis Kitten, rougissant.


Il sourit gêné aux marques de sympathie des jeunes filles qui l'entouraient Comme en adoration devant un chaton justement se dit-t-il, et Andy mit fin au supplice en l'entrainant avec lui pour poursuivre la visite.
En sortant ils croisèrent une grande brune qui toisa Bill sans aucune gène.


"Elle c'est Sonia, le renseigna-il, méfie-toi de cette pimbêche"
"Pourquoi?"
"Tu le découvriras bien assez tôt"


"Donc voilà, c'est ici que je bosse, ici que je vis, à cet étage ce sont les parties commune comme tu as pu le voir au dessus c'est le 'Nid' c'est le nom qu'on lui a donné, là où vivent la plupart des employés, à l'étage en dessous ce sont les chambres pour les clients, comme je te l'ai dis, moi je ne monte pas, personne n'y est obliger d'ailleurs c'est l'avantage des lieux. Et donc au rez de chaussée c'est le club, viens on va y faire un tour."


"Hé bien Hé bien! qu'es-ce que nous avons là?! tu ne nous présente pas Andy?"
Ils firent volte face, sursautant et devant eux se tenait un grand type au teint basané et à ses côtés un autre homme plus petit la tète rasée et le regard torve.
"Oh euh!! Salut Bushido, Cha' c'est.. euh.. Bill! mon.. cousin, c'est mon cousin!!"
"Enchanté Bill, moi c'est Bushido et lui c'est Chakuza" Bill lui serra la main poliment et Bushido la garda plus longtemps que nécessaire.
"Ben.. Bonjour" Bill se dégagea gêné, le dénommé Bushido le lorgnant attentivement.
Bill se sentait mal-à-l'aise, ils le jaugeaient d'un air malsain, s'échangeant un sourire calculateur et d'emblée il ne les aima pas.
"Bill voudrais bosser ici, il.. il pourrait faire le service en salle"
"Le service? ça non, surement pas, avec un corps pareil il doit monter sur scène."
"Sur... sur scène?!" couina-t-il choqué, personne n'allait directement sur scène, jamais.
"Andy tu t'occupera de son apprentissage." poursuivi-t-il comme de rien était. "Et de son relooking. Je le veut en piste dans une semaine, Clair?
"Une semaine?!! mais... mais..."
"Clair?"
"Clair"
"Et And' ne perd pas de temps"


Andy pinça les lèvres et entraina un Bill tétanisé à sa suite, direction la salle d'entraînement, il savait pourquoi, pourquoi ils voulaient Bill sur scène, et pourquoi il avait si peu de temps pour l'entrainer, et il aurais bien voulu l'expliquer à Bill mais il ne valait mieux pas, de plus il avait capter le regard d'avertissement de Bushido qui semblais dire 'Tiens ta langue' donc il se contenterait de suivre les ordres même si lui en coûtait, toutefois il se promis de garder un ½il sur Kitten, il n'avait pas confiance en ces deux là.
"Mais... je... Andy!! la... la scène, Oh mon Dieu!! je pourrais jamais..." Bill était complètement en panique, les yeux brillants de larmes. Andy les stoppa dans un couloir et le pris par les épaules l'exhortant à respirer.
"Tu le pourras... il le faut" dit-il sentencieusement "Tu n'as pas le choix... mais je serrais là, je vais t'aider, okay? "
Bill hochât de la tète, respirant profondément pour refouler ses larmes et il suivi Andreas, il n'avait pas le choix.


Oui Andreas était volubile, exubérant même, il était maniéré et en faisait des caisses. Mais il avait surtout un c½ur énorme, il était intuitif et beaucoup plus intelligent et malin qu'il ne le laissait paraitre.


[...]


Andreas tourna autour de Bill un doigt sur son menton, observant d'un ½il critique ses cheveux ternes, ses vêtements défraichis et son vernis écaillé:
"Hum ouais, y'a du boulot" déclara-t-il d'un ton docte. "Mais tu sais que t'as de la chance toi, tu es tombé sur Le spécialiste. J'ai même fais des études de stylisme dans une autre vie."
Il se plaça derrière le fauteuil, observant son reflet dans l'immense miroir, il souleva la masse de ses cheveux, les ramenant en chignon au sommet de son crane, dévoilant ainsi l'ovale parfait de son visage, sa gorge pâle et son port de reine.


Tu es un diamant brut qui ne demande qu'à être façonné, je ferais de toi une merveille...






Un com' là pour être prévenu de la suite
Merci à ma Microbette chérie ma bêta sur cette fiction
kissoux
Scratounette



Tags : Kitten

kitten chapitre 2 14/05/2010


Le visage en sueur et ses vêtement lui collant au corps Bill s'entrainait, il dansait seul dans la salle d'entrainement depuis des heures. Toute cette semaine Andreas lui avait imposer un rythme de dingue, entre le relooking et les entrainements c'est tout juste s'il avait eu le temps de cligner des yeux.

Et aujourd'hui on était vendredi, demain il devrait monter sur scène et à cette seule pensée son estomac se tordais.
Toute la semaine Andreas lui avait appris l'art du déhanché, les meilleurs techniques d'assouplissement, comment faire de son corps un aimant aphrodisiaque et surtout il lui avait appris une chorégraphie qu'il était censé intégré dans ce laps de temps, voilà pourquoi il était là, à l'heure où tout le monde dormait encore, il s'était lever à l'aube sortant sur la pointe des pieds pour ne pas réveiller son hôte et le voilà s'escrimant, pliant sa jambe sur la barre horizontale face au miroir et tendant son corps jusqu'à l'extrême, il devait y arriver, il ne se demandait même pas s'il pouvait, il le fallait point.

Il se redressa lentement et fit encore quelque assouplissements et se permis de souffler une minutes attrapant sa bouteille d'eau et sa serviette éponge après quoi il lança la sono à l'aide de la commande et se mis en place et enchaina les pas pour la énième fois, ignorant qu'il avait un spectateur.
Depuis l'encadrement de la porte Andy l'observait stupéfait de l'aisance et de la grâce de son petit protégé, il avait réussi au delà des espérances.
Il avait son diamant, sa merveille...

Il entra applaudissant à tout rompre, faisant sursauter le danseur:

"Magnifique!!" s'écria-t-il d'une voix tonitruante
"Oh! Andy, tu m'as fais peur," bouda-t-il dans une grimace comique
"Il vas falloir t'y faire pourtant"
"A quoi?"
"Au succès bien sûr!! aux admirateurs, aux fleurs et autres bouteilles de champagne français qu'il t'enverront, aux billets doux, au désir irrépressible que tu provoquera..." énuméra-t-il à un Bill abasourdi.

Il secoua la tète d'un air désespéré se disant une fois encore que son ami vivait aux pays des rêves.
Il réenclencha la sono et repris sa choré au début alors que Andy s'installait sur le banc de bois admirant le résulta de son travail.
Il en était au milieu quand Betty, Sam et Sandra se montrèrent venant aussi s'entrainer, aussitôt le brun se raidit et se mit à enchainer les faux pas perdant tout ses moyens, il stoppa tout retenant un cri de frustration.

"Bon sang j'y arriverais jamais, marmonna-t-il"
"Bill reprend toi! tu t'arrête pas, hors de question!!"
"Je fais une pause And' " Il lui fit son regard de chaton perdu
"Non kitten, pas cette fois! à ça aussi 'faudra t'y faire. "
"A quoi?"
"Au public, tu le sais très bien! s'énerva-t-il, tu t'attends à quoi?!! Tu pense qu'on va demander à tout le monde de fermer les yeux le temps de ta prestation pour être sûr que tu la rate pas!! Tu reprends Bill au début, et vous, vous restez!"
"Oh mais avec plaisir je ne voudrais pas manqué le spectacle.Allez Kitten! en piste!!" Le chambra Sam.
"Allez Kitten!" l'encouragèrent les filles.

Bill se remit en place gémissant de frustration en voyant Sam s'installer avec les filles, ça n'allais décidément pas être facile...

---

Andreas débarqua dans la salle et salua Tony qui préparait ses cocktails, il monta sur le bar face à Tibaut et le vit arriver entouré de Bushido et Chakuza qui s'empressaient de lui montrer les nouveautés, la musique, quelques nouvelles retouches déco mais surtout ils attendaient qu'il voit leur trouvaille Kitten qui justement, allait faire son entrée sur scène ce soir, son baptême du feu, il avais bien deviner la raison pour laquelle Bill devait être prêt en une semaine, ils étaient toujours déterminés à le satisfaire, à se faire mousser auprès de lui.
Il secoua la tète fataliste et sourit à Tibaut commençant à chalouper en slalomant entre les verres d'un bout à l'autre du comptoir avec agilité.

---

"Aïe! sale petite gourde t'as failli me brulée!!!"

Depuis une bonne demi heure Sonia ne cessait de râler et de se plaindre, elle passait ses nerfs sur la pauvre Lucie, qui faisait ici office de coiffeuse maquilleuse et styliste, et qui se trouvait accaparées les trois quart du temps par cette mégère narcissique et imbue de sa personne, à présent elle tentait de finir de boucler les cheveux de cette garce déjà trop secs et cassant de teinture et permanente à outrance et Sonia lui hurlait que ça ne faisait pas assez 'naturel'.


Les autres occupant de la coulisse poursuivaient leurs préparatifs ne lui prêtant pas la moindre attention, visiblement blasés de ses jérémiades, pendant dans un coin reculé de la pièce le petit Bill se débattait avec sa tenue tirant dessus dans l'espoir vain de l'agrandir et soupirant de désespoir face à son reflet.
Il se sentait pathétique et ridicule dans ce costume de pseudo cow boy, le veston et le seston étriqués lui donnaient l'impression d'avoir piqué son déguisement à un môme de 10 ans, et la jugulaire serrait son menton il tira dessus grimaçant d'inconfort.


Un cauchemar, c'est un cauchemar absurde et je vais me réveiller se dit-il dépité.
Il se regardait dans le grand miroir et ne se reconnaissait pas, lui qui avait toujours été pudique se retrouvait là dans cette coulisse,à peine vêtu, ses longs cheveux ébène ramenés en masse et caché sous le chapeau, son maquillage était accentué rendant ses yeux amandes immenses, ce n'était pas lui là dans ce miroir, sa vie lui échappait complètement, l'angoisse formait une boule dans sa gorge et lui donnait la nausée.


Il grimaça et jeta un ½il à ses collègues masculins, tous bien plus grand et plus musclés que lui, se demandant comment ils faisaient pour bouger là dedans.
La porte s'ouvrit sans douceur et Bushido apparu dans l'encadrement:


"En piste dans 5minutes les filles!!"


Bill le vit échanger un regard noir avec Sonia et s'éloigner, elle se tourna vers eux les jaugeant d'un air critique:


"Ok les boys, ça vas être à nous, n'oubliez pas je suis la meneuse vous êtes les suiveurs." Leur dit-elle d'un air suffisant.


Bill se dit alors qu'elle leur faisait sciemment porter des costumes ridicules pour être sûre d'être la seule que l'on regardera. Cela ne le dérangeait pas du tout, moins on le verra, mieux il se sentira, s'il pouvait même devenir invisible. Il soupira doucement avant de remettre une dernière fois son chapeau en place et de les suivre vers la scène.


Ils grimpèrent sur scène, la lumière des spots l'éblouit et la musique assourdissante ne parvenait pas à rivaliser avec la puissance des battements de son c½ur, ça y était il était dans l'arène, la fosse aux lions.


Que la fête commence




Bill se sentit ridicule et maladroit, évaluant les chances qu'il avait de parvenir jusqu'à la barre sans se vautré lamentablement, Sonia se tenait au milieu, avec son seston rouge pailleté, le reste de sa tenue n'étant constitué que d'un bikini, rouge également, et ridiculement petit, Bill grimaca, elle est tellement vulgaire.
Elle s'avança sur le devant de la scène, ils ne sont que ses faire valoir.


Les yeux de Kitten se levèrent sur la salle et son c½ur loupa un battement, un grand tressé à la carrure athlétique s'avançait avec plusieurs autres hommes, il avait la peau hâlée et était tout de blanc vêtu et ça lui allait à merveille, Bill reprit la danse du mieux qu'il pu tout en le suivant du regard, il le vit se rapproché d'une démarche étrange et on se précipita au devant de lui, faisant dégagé des consommateurs 'avec courtoisie' pour lui libérer le meilleur carré, juste devant la scène, Bill se dit qu'il devait être un très bon client du genre généreux, du genre qu'on bichonne. Le beau tressé s'installa avec nonchalance, on leurs amena plusieurs bouteilles et beaucoup vinrent le salué, très vite une nuées de filles rejoignis le petit groupe dans le but apparent de les divertirent.
Choses qui confortèrent Bill dans son idée, même Sonia décoche des sourires aguicheurs à l'homme brun et semble ne poursuivre son show que pour lui.


Il le vit ôter sa veste et déglutit en fixant les muscles tendant le tissus du marcel blanc et les plaques militaires qui y brillèrent sous la lumière des spotlights, il se reprit et atteins avec soulagement la barre, il pris une bonne inspiration, et se concentra bougeant son bassin, droite gauche, puis dos à la barre les yeux sur le public on se penche en avant, on remonte, le bassin de nouveau droite gauche et on se laisse glisser le dos collé à la barre on ouvre les cuisses, une fois deux et on remonte.


Bill risqua de nouveau un coup d'½il et manqua de trébucher, l'homme le fixait de son regard sombre, un regard intense des plus déstabilisant, il tenta par tout les moyens de s'y soustraire et poursuivit la choré comme il le pu, ce regard le mettant dans un état de nerf incroyable, il tremblait de tout ses membres, se sentant comme au bord de l'évanouissement.


---


Sonia se pencha à l'extrême mettant ses seins en avant, et Tom ne put détacher son regard du garçon, il était plutot petit, fin presque maigre et avait l'air si jeune et si perdu dans ce lieu, un oisillon tombé du nid, pourtant il n'arrivait plus à décrocher son regard de cette silhouette ensorcelante, de la courbure de son dos, de ses lèvres roses et pulpeuses, de ces jambes parfaitement galbées. Il avait de grands yeux sombres, des yeux immense et un petit nez mutin qui le rendait absolument adorable. Mais sa bouche était trop sensuelle, la courbure de son dos trop ensorcelante, sa fine taille et ses fesses hautes et rondes outrageusement féminine le rendant purement érotique, beaucoup trop pour sa santé mentale, et accrochaient le regard de Tom quoi qu'il puisse faire. C'est alors que l'androgyne se pencha et que le seston glissa libérant sa chevelure nuit et sa beauté frappa le c½ur de Tom de plein fouet, Bill bougea alors en rythme et les yeux de Tom se rivèrent au balancier de ses hanches aux courbes douces et il se vit avec une précision étourdissante les empoignées alors que le gamin gémirait sous lui. Son front était en sueur et il avait l'impression de suffoqué, il chassa la pensée aussi vite qu'il le put sentant déjà son sang bouillir et migrer plus au sud.


Si tôt le show terminé, Sonia descendit de scène dans une démarche outrageuse et s'installa près du tressé, quasiment sur ses genoux, elle se pencha sur lui le cul en bombe et lui glissa quelque chose à l'oreille avec un sourire coquin, il sourit aussi, glissant machinalement une main sur sa cuisse nue, son regard de nouveau rivé au garçon qui disparaissait dans l'ombre. Il le vit se retourné avant de disparaitre et lorsque leurs regards se croisèrent, il haleta saisi par l'éclat de ses yeux couleur d'ambre, semblant aspiré par la pureté de l'âme qu'ils renfermaient.


Bill sorti par les coulisses, s'enfuyant presque, les jambes flageolantes et le c½ur inexplicablement pincé et il se sentait soudainement épuisé.


Voyant qu'elle n'avait pas toute son attention Sonia suivi le regard de Tom et elle aussi le regarda sortir d'un regard mauvais.


Les ennuis ne faisaient que commencés.



A suivre...






Un com' là pour être prévenu de la suite
Merci à ma Microbette chérie ma bêta sur cette fiction
kissoux
Scratounette

Tags : Kitten

Kitten Chapitre 3 23/06/2010


"Sale petite roulure!!! Tu crois pouvoir me faire de l'ombre impunément?!! Tu crois pouvoir prendre ma place ?!! TOM EST A MOI!!!"

Sonia lui avait sauter dessus à peine avait-il refermer la porte de la coulisse, elle éructait les yeux exorbités.

"Quoi? mais... mais non," Gémit-il.

"Ne mens pas tu le bouffais du regard!!!"

"Hé!" Claqua une voix sèche. "Il se passe quoi ici?!" Bushido avait surgit derrière eux les faisant tout les deux sursautés violemment.

"Il se passe que je ne veux pas de ce naze dans mon show!!" Crachat-elle hargneusement.

"Oh vraiment?" ricana-t-il méchamment.

"Ouais, il est tellement maladroit qu'il a faillit me faire tombée!!"

"C'est faux... Complètement faux!"! s'insurgea Bill mais personne ne lui prêtait attention.

"Je veux pas de lui dans mon numéro!! il dégage!!"

"Surement pas!! Kitten ne vas pas dégager! Tu veux plus de lui dans ton numéro, Parfait!! Il montera seul!"

"QUOI?!!" Hurlèrent d'une même voix Bill et Sonia. "Tu... Tu peux pas faire ça!" S'étrangla-t-elle.

"J'me rappelle pas t'avoir demander ton avis. Maintenant tu la ferme! Tes cris de harpie vont faire fuir la clientèle."

"Ça se passera pas comme ça!" grinça-t-elle. "Je.. je vais lui dire et il prendra ma défense!!"

"C'est ça, vas!" Railla-t-il. "Cours donc!!"

Elle sorti en furie faisant claquer ses talons, il la suivi du regard et se tourna enfin vers Bill qui blêmissait à vu d'½il.

"Vous... vous pouvez pas faire ça, c'est... c'est pas possible... Non non... je peux pas," bégaya-t-il en proie à la panique.

"Si, tu le fera! Claqua-t-il. C'est un ordre!" Son regard s'adoucit un peu en voyant les larmes dévalées les joues du petit brun. "Tu as un mois! Et je t'ai observer, je sais que tu en est capable. Au fait Kitten, ajouta-t-il, à la fin du show tu descend dans la salle!"

"Q.. quoi?! mais je je croyais qu'on étais forcé à rien!!"

Les sourcils de l'ainé se froncèrent et il s'approcha encore d'un pas le faisant reculer craintivement, Bill retint son souffle détournant le regard, alors que Bushido se penchait sur lui, lui soufflant au visage:

"Les règles viennent de changées," Ajouta-t-il d'une voix dangereusement basse lui relevant le menton d'une main.

Bill le fixa ses grands yeux reflétant la peur, mais il leva le menton fièrement.

"Je... je refuse," grogna-t-il buté.

"Ne m'oblige pas à devenir persuasif, je pourrais être tenté de profiter de la situation," Susurra-t-il en caressant de son pouce les lèvres pleines du petit brun, Bill le repoussa brutalement et s'enfuit la panique le submergeant.

Il couru dans les escaliers gravissant les étages sans même y penser pour se retrouvé sur le toit de l'immeuble, à bout de souffle il se laissa glisser contre une cheminée laissant le calme de la nuit l'apaiser.
Plusieurs minutes passèrent ses yeux se perdant dans la nuit étoilée.

"Tom," murmura-t-il rêveusement, "il s'appelle Tom."

Son doux regard contempla le firmament et il laissa la chaleur traitresse envahir son c½ur.

---

Andy se leva et alla ouvrir les rideaux contemplant les toits de Berlin brillants à la lumière du jour.
Il se tourna et regarda Bill s'étirer en baillant à s'en décrocher la mâchoire, il sourit attendris par son adorable bouille. Bill le vit et lui sourit d'un air endormis les cheveux hirsutes et se leva ne portant qu'un long t-shirt et son boxer pour dormir, il trottina jusqu'à lui entourant son cou de ses bras et planta un bisou sur sa joue, Kitten est très tactile avec ceux qu'il aime, il est si vrais, si spontané.

Il partit prendre sa douche et Andy soupira en le regardant trottiner vers la salle d'eau se disant qu'il n'avait pas sa place dans ce monde d'argent, de trafics, et de sexe, il était si vulnérable et si pûr il n'était pas tailler pour ce monde et il était bien trop beau pour s'en sortit indemne.

Ils s'installèrent sur le canapé et discutèrent longuement de la vie, de leurs passé, et Andy lui raconta son premier amour, Samuel.
Il lui raconta leur rencontre au lycée, leur premier baiser, cachés à l'arrière du bâtiment, toute les fois où il était descendu le long de la gouttière pour le rejoindre, leurs amour fou qui avait voler en éclats quand son père les avaient découvert s'embrassant à perdre halène sur son lit, comment il avait chasser Samuel de leur maison et l'avait battu, lui son propre fils, jusqu'au sang le laissant presque évanouis sur le sol, le soir même il s'était retrouvé dehors trainant sa valise et son c½ur brisé en direction de la gare.

Quant il eu terminer son récit il lui sourit, mais Bill avait bien vu la douleur profonde dans son regard et il voulu le prendre dans ses bras pour le réconforter et lui permettre de s'épancher, mais Andreas reprenait son visage souriant et résolument optimiste, alors il s'abstint, il lui sourit tendrement lui montrant qu'il serait toujours là.

Très vite Andy réengagea la conversation sur les relations sentimentales, cherchant à savoir, ou plutôt à vérifier ses soupçons sur la préférence de son jeune protégé, Bill rougis n'étant pas très à l'aise avec ce sujet, il fini par lui dire qu'il n'a jamais eu de flirt, qu'il ne c'était jamais vraiment poser la question, qu'il ne connais rien de l'amour à par celui qu'il portait à son père, il hésita et fini par avouer du bout des lèvres qu'il pense qu'il préfère sans doute les garçons.

"Et comment en est-tu venu à cette conclusion???"

"Ben..." Le regard de Bill se perdis son visage prenant une teinte cramoisie. "En fait il y a cet homme, ce client... Tom"

"Écoutes Kitten! s'affola Andy surprenant son ami. "Okay maintenant tu bosse ici, et de toute façon tu n'as pas le choix, mais contente toi de bosser et rien d'autre, tiens toi éloigné d'eux,"

"D'eux?" questionna Bill l'air déstabilisé

"Ne pose pas de question! jamais, et fais toi le plus discret possible!!"

"Quoi mais pourquoi qu'est-ce qui ce passe ici??"

"Pas de question je te dis!! Suit mon conseil et tout ira bien."

Le blond pris des serviettes et leurs bouteilles d'eau et ils descendirent en direction de la salle d'entrainement, trainant derrière lui son ami confus la tète pleine d'interrogations.


---

Alors Bill suivant les conseils de son ami, s'était contenter de bosser, et il bossait dur s'entrainait encore plus dur et surtout il gardait ses questions pour lui, même si elles lui brûlaient les lèvres.
Les semaines étaient passées et il continuais de monter sur scène avec de moins en moins de difficultés, il étais intégrés à un show comprenant cinq gars dont la chorégraphie était simple et peu fatigante ce qui lui permettait de mieux se concentrer sur ses entrainements et d'y concentrer le summum de son énergie.

Il ignorait de son mieux les regards assassins de Sonia, ses petits coups bas, le regards malsain de ce Chakuza, les allusions lourdes des autres hommes et la pression que lui mettais Bushido pour qu'il descende après le show.

Une seule chose l'attristait, un peu, il n'avait pas revu le beau tressé, Tom et le soir dans son petit lit, il repensait à ce regard si intense et il s'endormait le sourire aux lèvres une douce chaleur envahissant son c½ur.




NDA: Ben oui, Kitten n'a que seize ans, n'oubliez pas, à cet age là on à 'encore' une vision romantique de l'amour =)



Mille pardons pour le retard
et pour la pauvreté de ce chap de transition
(celui qui sert à rien quoi)
Un com ici pour être prèvenu
Je me ratrappe au prochain
promis juré je fais mon max pour poster vendredi
kissoux
Scratounette

Tags : Kitten

Kitten chapitre 4 15/07/2010


 
 
 
Tom pénétra dans la salle et n'en cru pas ses yeux, le club était bondé, bien plus que chaque samedi ou il débarquait.
Il fronça les sourcils surpris, les affaires l'avaient retenu à l'étranger presque un mois et il semblais que les choses avaient changées ici, il avait cependant une petite idée en ce qui concernais la cause.


Les gens se pressaient les uns contres les autres cherchant à atteindre le bar ou à se trouver une place assise et il du presque jouer des coudes pour se frayer un chemin ou tout du moins Karl et Vince le firent pour lui, assez facilement cependant les clients s'écartaient dès qu'il réalisaient de qui il s'agissait.
Il traversa la salle jetant un coup d'½il à la scène au passage et grimaça légèrement quand il n'y vit que Sonia et ses boys.


La sono pulsait si fort qu'il en ressentait la vibration jusqu'aux racines de ses cheveux, l'atmosphère semblait lourde quasi saturée de fumée et de sueur.

Il aperçu Bushido et Chakuza discutant avec animation aillant l'air ravis, il avança jusqu'à eux virant la blonde de sur les genoux de Bushido.

"Les filles n'ont rien à faire dans les discutions d'hommes, tires toi!" Et la fille s'éclipsa sans un mot.

Tom attendit qu'elle s'éloigne suffisamment et se tourna vers les compères:

"Alors les gars les affaires roulent à se que je vois," dit-il en s'installant tranquillement au fond du fauteuil de cuir blanc.

"Oh tu n'as pas idée!" Crâna Bushido, il se frotta les mains un sourire rusé aux lèvres.

"Hm bien"

"Et de ton côtés, ton voyage s'est bien passer?"

"Bien bien, je vais être tranquille un bon bout de temps, je compte pouvoir rester dans les parages et profiter des attractions locales," fini-t-il avec un sourire gourmand, jetant un ½il vers la scène faisant ricaner ses comparses.

Ils échangèrent un sourire entendu et Tom se lécha les lèvres jouant distraitement avec son piercing, avant de reprendre son sérieux le business avant tout:

"Bu' demain 20h chez Mario, ses pâtes m'ont manqués et on dois parler affaire toi et moi, j'ai prévu certains changements."

"Ok Boss."

---

Ça allais bientôt être à son tour, Bill attendait debout derrière la scène, apprêté, coiffé et soigneusement maquillé, selon les instructions très précises de Bushido.
Il fixait anxieusement la partie de la salle visible de son point de vue alors qu'il se cachait derrière les lourds rideaux de velours.

Il ferma les yeux cherchant au plus profond de lui la force de faire face à cette nouvelle épreuve, surmonter le trac qui nouait sa gorge et le faisait tremblé comme une feuille de la tète aux pieds.
Il n'était pas croyant mais souhaita à cet instant connaitre une prière, quelque chose qui pourrait l'aider.





Tom s'était installé comme à son habitude dans le carré face à la scène cependant cette fois il n'avait laissé personne l'y accompagner, il avait refuser champagne et compagnie féminine, se contentant d'une vodka on the rock et du siège confortable, attendant la suite avec impatience.
Bien calé dans le profond fauteuil de cuir, il paraissait totalement nonchalant et indifférent à se qui l'entourait mais sous ses paupières lourdes son regard était attentif et brillaient d'avidité, ses yeux étaient dirigé droit sur la scène alors qu'il guettait sa proie.


La musique changea , les projecteurs se braquèrent et un léger sourire flotta sur ses lèvres, c'était le moment, sa merveille était là.


Il apparut dans la lumière, ses longues jambes arpentant la scène, la blancheur virginale de ses cuisses, contrastant avec le cuir sombre de ses bottes, il avançait vers le devant de la scène, son corps se balançant au rythme du tempo, et le souffle de Tom se raréfia.
Il émanait de ce garçon une attraction si puissante, un charisme si dévastateur que ça le remuait jusque dans ses tripes, on dis que la haine est épidermique, il réalisa à cet instant précis, que dans certains cas l'attirance peut l'être aussi mais à un niveaux bien plus puissant, incontrôlable et destructeur.
Son corps suant se pliait et remuait toujours sur ses longue jambes gainées de cuir, se tordant et ondulant sensuellement, ses mains accrochées à la barre transversale, son corps se pliant à l'extrême sur les talons haut.


Il se redressa et avisa l'homme tressé qui le fixais de son regard magnétique, son c½ur loupa un battement mais il se repris aussitôt.


Il descendis calmement les marches et s'approcha doucement de lui, il défis le foulard qu'il portait et le glissa à son cou, se penchant au dessus de l'homme plus âgé qui huma profondément son parfum, et poursuivit sa danse sensuelle.


Tom fixais son employé se contorsionner au dessus de lui, roulant sensuellement des hanches dangereusement près presque à le frôler.
Il le contemplait un petit sourire amusé au coin des lèvres, sourire démenti par la lueur de désir dans son regard attentif et un début d'érection heureusement masquée par ses vêtements amples. La bombe sexuelle s'était retournée, exposant sous son nez un fessier insolant, tout en poursuivant une quelconque chorégraphie. Il glissa d'un air désinvolte un billet dans le minuscule short satiné, appuyant son geste un peu plus que nécessaire ses doigts agiles glissèrent sous le tissus atouchant la peau veloutée, Bill sursauta violemment, il se tendit et se tourna d'un mouvement un peu trop brusque qui faillit lui faire perdre l'équilibre, il se rétablis tant bien que mal sans choir sur son 'client' qui lui offrit un sourire carnassier.


La musique décroissait et déjà la beauté brune remontait les marches, il allait de nouveau disparaitre, Tom laissa son regard glisser le long des courbes tentatrices admirant son joyaux avant qu'il ne disparaisse dans l'ombre.


----


Les semaines s'étaient enchainées, les entrainements toujours aussi intense et Bill prenait de plus en plus d'assurance sur scène, il était doté d'une grâce innée, pour tout dire il semblait être fais pour ça, et Bushido se frottait les mains, ils faisait salle comble à chacune de ses apparitions mais l'ambiance devenait électrique au club comme au nid et Bill avait des doutes, de plus en plus de détails qui lui mettais la puce à l'oreille, il sentait qu'on lui cachait certaines choses et il n'aimait pas du tout ça.
Il y avait eu d'abord des ordres dont il ignorait la provenance:


"Pas de strip' intégral pour Kitten"
"Pas de danse privée pour Kitten"
"Pas de lap-dance pour Kitten"
"Pas d'étage pour kitten"


Pas qu'il ait eu envie de faire la pute mais il aurait bien voulu savoir qui se réclamait le droit de décider à sa place, car il était sûr qu'il ne s'agissait pas de Bushido ça ne cadrai pas avec le personnage qui semblais obnubilé par le profit.


Il y avait aussi cet escalier menant à une porte qu'on lui avait défendu d'approcher, encore un ordre.


Et enfin le comportement de certains employés et surtout celui de Chakuza avait changé, il y avait eu cette fois où il l'avait coincé dans le couloir menant aux loges, il s'était avancer vers lui un sourire malsain aux lèvres le forçant à reculer puis le poussant dans une des loges.


Il lui avait dis qu'il lui plaisait, qu'il le sauterait bien, en ayant l'air de considérer ça comme une chance qui lui était accordée.
"Allez, lui avait-il dis laisse toi faire, fais pas ta prude, tout le monde est passer par là qu'est ce que tu crois? ici c'est comme ça, tu baise ou tu vire, alors t'attends quoi pour te mettre à genoux, Hein?
Un groupe de filles étais apparu au bout du couloir et Bill avait profiter de la distraction pour se sauver:
"Je t'aurais tôt ou tard" avait-il encore crier.
Et soudainement il s'était tenu à distance se contentant de lui jeter des regards frustrés.


Et pour finir il avait surpris une conversation entre lui et ce client qui l'avait dévoré du regard toute la soirée, il les avait observer discuter et c'était approcher pour entendre.
"...Chasse gardée mec, avait annoncer Chakuza d'une voix tranquille, c'est la nouvelle sucrerie du Boss"
Et ils avaient éclatés d'un rire gras alors que Bill s'éloignait discrètement.


Et Bill était peut-être jeune et un peu naïf mais il n'était pas stupide, quelqu'un lui devait des explications et il les obtiendraient.


***

En espérant que ce chap' vous plaira
avec son lot de révélation
Un com' là pour être prévenu de la suite
Merci à ma Microbette chérie ma bêta sur cette fiction
kissoux
Scratounette

Tags : Kitten