Chapitre 10


 
 

Plus la soirée approchait plus le stress de Bill augmentait. Depuis plus d'une demi-heure on s'activait autour de lui. Une jeune blonde, accompagnée d'un italien volubile, lui avait apporter une tenue qu'elle avait voulu absolument lui enfiler, insistant lourdement et lui expliquant dans un mauvais allemand, qu'elle avait reçu des consignes et qu'elle était là pour ça. Exaspéré Bill lui avait juste pris les sacs des mains et s'était enfermé dans la salle de bain de la suite. Et après s'être rapidement douché, il avait ouvert avec délice les nombreux sacs aux marques prestigieuses et avait enfiler les pièces de luxe.
Un petit boxer blanc tout doux, un chemisier blanc Kookaï, une large ceinture-corset, un pantalon cigarette de soie noire et des escarpins noirs Louboutin.
Il s'était admiré dans le grand miroir et même s'il préfèrerait se tuer plutôt que de le reconnaître il adorait cette tenue vraisemblablement choisie par son boss et par cette styliste. Agacé par les coups sur la porte et les nombreux appels, il consentit enfin à sortir de son refuge et fut aussitôt accaparé. Après que la jeune femme en question lui ait tourné autour et n'est apparemment rien trouver à retoucher. 
 
Le dénommé Pietro l'avait soigneusement et longuement maquillé, lui avait refait sa manucure, tandis que la blonde s'affairait à parfaire son lissage.
En temps normal, il aurait apprécié que l'on s'occupe de lui. Son côté diva en serait flatté. Mais là il était juste trop nerveux, appréhendant ce que cette soirée lui réservait. Il soupira pour la énième fois alors qu'on ré arrangeait sa tenue. Il jeta un coup d'½il au grand miroir face à lui et y croisa un regard sombre. Le souffle court il se leva se retournant lentement. 
 
Face à lui se tenait Tom, superbe, portant un costume noir Armani mettant en valeur sa haute statue et ses larges épaules. La barbe de trois jours assombrissant ses joues lui donnait l'air plus mature et plus séduisant encore. L'air nonchalant, les mains dans les poches de son pantalon,  il le détaillait de son regard intense.
Magnifique, souffla-t-il d'une voix rauque et basse.

Le  c½ur battant fortement et les joues joliment colorées. Bill le laissa s'approcher de lui lentement, comme s'il craignait de l'effrayé.

Il frissonna intensément alors qu'il le laissait entourer sa taille de son bras et le laissait l'entrainé hors de la pièce sous l'½il intéressé des employés.
Les portes se refermèrent et son c½ur loupa un battement alors que le tressé se penchait vers lui, sa mains repoussant une longue mèche, s'attardant sur sa joue veloutée en une caresse; il sembla humer son parfum, soufflant à son oreille:

Tu es vraiment sublime, délicieux petit Kitten. Tu vas les faire tous crever d'envie, mais tu es à moi ne l'oublie pas.
 
...
 
L'ascenseur s'ouvrit sur le hall immense et Bill fut étonné d'y voir Georg les y attendant avec plusieurs autres gardes du corps, tous vêtus de noir et solidement armés. S'il en jugeait les formes sous leurs vestes sombre. Tom fronça les sourcils, Georg s'avança et ils se parlèrent à voix basse. Après quoi Tom pris son bras et ils reprirent leur chemin, deux hommes les entourant deux autres les précédant et Georg fermant la marche. Ils avaient presque atteint la limousine quand plusieurs flash les surprirent. Un peu affolé, Bill se tourna vers Tom. Il lui fit accélérer le pas s'engouffrant derrière lui dans le véhicule alors que les appareils crépitaient encore, éclairant l'habitacle.
Je suis... assez connu dans le coin, expliqua-t-il évasivement. Bill fronça des sourcils soupirant lourdement. Il y avait bien des choses qui étaient obscures dans la vie de cet inconnu auprès de lui.

...
 
Ils s'arrêtèrent devant un immense casino, et lorsque le chauffeur en livrée leur ouvrit la porte, les flashs crépitèrent à nouveau. Mais le brun ne s'en étonna pas plus que ça. C'est lorsque son patron l'enlaça étroitement, déposant un baisé rapide dans son cou. Alors que le bruit des appareils redoublaient d'intensité, tous les cris autour d'eux tentant d'attirer leur attention. C'est là qu'il fut surpris et d'autant plus quand il lui fit lever le regard sur l'enseigne annonçant fièrement The Kitten Palace en lettres d'or. Là il en fut carrément ébahi. Allons, Kitten, souri à ton public, lui souffla-t-il resserrant sa prise sur sa taille. Ils étaient tous si impatient de te voir. Il lui lança un petit regard perdu et Tom le retourna et quand il lui fit face il saisi sa nuque et l'embrassa profondément, lui coupant le souffle. Avant même qu'il ne se soit débattu Bill était déjà à l'intérieur. traversant la salle des machines quasi au pas de course, tandis que le service d'ordre maintenaint difficilement les journalistes et les badeaux à l'extérieur. Ils passèrent dans un autre salle plus feutrée où l'on jouaient autours des tapis verts en tenue de soirée.
 
 
 Deux hommes vinrent les saluer, et Bill reconnu ceux avec qui ils avaient dîné à Berlin, ils se répandirent en courbettes devant le tressé et Bill se dit avec mépris que c'était décidément une habitude que tous avaient devant le grand patron. Ensemble, ils passèrent dans une salle privée au fond de laquelle une longue table étaient mise. Bill se crispa et eut un temps d'arrêt à peine eut-il mis un pied. Tout autour de lui les conversations s'étaient arrêtées et les visages s'étaient tournés vers eux et à présent tous l'observaient et le jaugeaient sans gène aucune. Il n'y avait quasiment que des hommes assis dans des profonds fauteuils de cuir sombre ou debout un verre à la main. Et son instinct lui hurlait de fuir à toutes jambes. Ca sentait le repère de gangster à plein nez et il s'agrippa au bras de Tom même s'il lui en voulait de l'avoir amené là. Tour à tour les il vit les hommes les saluer avec déférence. Il serra les mains s'efforçant de sourire tout en restant prêt de Tom qui semblait dans son élément.
Après tout ils étaient chez lui, non?
 

Le boss annonça qu'il était temps de passer à table et tous s'y installèrent. Tom la présidait bien sûr et Bill fut placer à sa droite. Tout comme les compagnes des gangstas s'installèrent sagement auprès d'eux après qu'ils les y aient autorisées. Bill les observa discrètement et croisa le regard de l'une d'elle, une blonde un brin vulgaire et y lu du mépris teintée de pitié. Il se détourna, mal à l'aise souhaitant que ce dîner de malheur se termine au plus vite.

.... 
 
Le dîné était fini depuis longtemps et Bill rongeait son frein en silence. Les hommes palabraient depuis des heures, parlant de leurs affaires l'air sérieux. Et les femmes discutaient dans leur coin comme elles devaient y être habituées, ne s'y mêlant pas.
On s'ennui ? Grinça une voix derrière lui. Il se tourna surpris et vis la blonde le fixer froidement. Alors comme ça le Boss à changer de jouet. Poursuivi-t-elle, le jaugeant comme s'il était un objet. Ouais t'es bien foutu, et puis une petite vierge ça a du l'excité, hein ? Gloussa-telle.

Co... comment vous... Hoqueta le brun outré.
 

Oh, tout se sait dans le milieu, c'n'est un secret pour personne. Elle secoua une main chargée de bagues, comme si elle chassait une mouche. Hum, ouais poursuivi-t-elle pour elle même Ouais, c'est surement ça et puis... l'attrait de la nouveauté. Elle lui souri l'air méprisant et Bill trembla de rage, se mordant la lèvre pour ne pas verser des larmes de honte.  Et j'avoue que j'étais moi aussi curieuse de voir qui avait remplacé Sonia dans le lis du Boss. J'dois dire qu'il à du goût. Hum oui vraiment très beau. Continua-t-elle songeuse. Cette chère Sonia va te faire la vie dure, ricana-t-elle. Bien, ce fut un plaisir mais mon homme m'attend. Et elle s'éloigna sans un mot de plus allant s'assoir près d'un grand type qui lui claqua la cuisse la faisant glousser à nouveau. Laissant le petit androgyne abasourdi.

N'était-il donc que ça? Qu'une sorte de passade, un divertissement, que Tom lâcherais dès qu'il en sera lassé?


Il se tourna vers l'endroit de la salle où Tom et ses hommes étaient assis. Il observa sa nonchalance, son air imposant et sûr de lui, et son sourire éclatant. Le sourire de ceux à qui tout réussi, le sourire de ceux que rien n'arrête. Et il lui en voulu, de le traiter avec tant de désinvolture, d'être aussi puissant tant physiquement que mentalement et surtout il lui en voulu d'être si inaccessible derrière son mur de mystère et de pouvoir.
Combien de temps encore avant qu'il ne se lasse?
 

Il se détourna, l'air lui manquant. Et remontant son sac sur son épaule il se dirigea droit vers la sortie, sans même un regard en arrière. Il fallait qu'il parte avant qu'il ne suffoque. Il passa les doubles portes se faisant immédiatement emboiter le pas par un membre de la sécurité. Il lui jeta un regard noir, mais se tut, il ne pourrait certainement pas y couper de toute façon. Il pinça ses lèvres et accéléra le pas.
 
 

Hey! Où comptais-tu aller comme ça? Une poigne de fer s'était refermée sur son bras le stoppant brutalement. Tom le fixait sévèrement, les sourcils froncés, le dominant de toute sa hauteur. Je... Je suis fatigué.. bégaya-t-il. Je... voudrais rentrer. Le regard de Tom ne l'avait pas quitté, il continuait de sonder le sien, semblant y chercher le mensonge. Hm, bien, céda-t-il. Allons-y. Mais ne t'avise plus de partir sans ma permission! Suis-je clair? La pression sur son bras le fit grimacer et Bill baissa la tète cachant ses yeux brillant derrière ses longues mèches. Suis-je clair? Il égraina les mots tel une menace. Très clair, dit le petit brun sa voix à peine perceptible.
Bien, attends moi là un instant. Et alors que Tom tournait les talons, Bill attendis donc sagement dans le sas entre la pièce privée et la salle de jeu. Georg et un autre homme le rejoignirent et il baissa la tète se cachant du regard des autres bouillonnant de colère contenue.
 
....
 
 
Alors qu'ils s'engoufraient à nouveau sur le siège arrière de la limousine, Bill se glissa discrètement vers le côté opposé voulant mettre de la distance,mais Tom fut plus rapide le raprochant alignant leurs cuisses et garda une main possessive sur sa hanche. Caressant de son pouce la peau nue juste au dessus de la couture du pantalon, et Bill ne pu s'empêcher de frissoner.
 
 
A peine eu-t-il mis un pied dans l'ascenseur, que Bill se fit happer par deux bras forts, qui le soulevèrent tandis qu'une bouche happait la sienne en un exigeant baiser. Il se fit plaquer contre la paroie un peu brutalement, mais ne songea même pas à se débattre tant il était suggugué. Sa raison anéantie pas cette bouche dévorant la sienne, cette langue en parcourant chaque recoin. Tom suçota sa langue dans sa bouche et il gémis bassement se cambrant contre lui. Et ses mains inquisitrice qui s'enroulaient autour de sa taille, se faufillaient sous son chemisier, y caressant la peau veloutée.
Il ne pensait plus à autre chose qu'à cette sensation brûlante qui l'enflamait à nouveau.
Son corps n'en réclamant que plus, toujours plus.


Un petit "ting" retenti le fit sursauté et il s'éjecta de la chaude étreinte, réalisant subitement la situation. Cet homme lui faisait complètement perdre la tète. Il s'était abandonner sans réserve à ses attentions et Dieu oui, il avait aimer ça. Sous le regard médusé des employés de maison qui le scrutaient. Il traversa la pièce précipitament sans même lever le nez et s'enferma dans la chambre la plus éloignée de celle du tressé qu'il put trouver. Il entendit son boss congégier sèchement son personnel. Peut-être que lui aussi avait oublier leur présence. Il respira profondément, son coeur reprenant peu à peu un rythme normal, il se dévêti, ne conservant que ses dessous et son chemisier pour la nuit, n'ayant rien d'autre sous la main. Et se laissa tomber sur le matelas fixant le plafond comme s'il avait la réponse à toute ses questions existentielles. Et fini par se glisser entre les draps, se forçant à se vider l'esprit afin de trouver sommeil et oubli.

Plusieurs heures s'étaient écoulées et le sommeil le fuyait toujours. Le petit androgyne était recroquevillé au fond du lit, ses grand yeux clignant dans le noir. Il ne pouvait les clore car à chaque fois qu'il le tentait tout les détails de leur pationnel échange lui arrivait en plein coeur, remuant son ventre et le faisant frissoner de la racine de ses cheveux au bout de ses minuscules orteils.  Il soupira de frustration remontant les draps sous son menton d'un air boudeur puis sa moue se fit espiègle songeant à ce qui pourrai le reconforté. Il se leva et parcouru les couloirs silencieux sur la pointe des pieds, se faufilla dans la cuisine géante. Y fouillant fébrilement les placards à la recherche de son pêché mignon.

... 
 
Tom s'adossa au chambranle de la porte, séduit par le spectacle qui s'offrait à lui. Lui non plus n'avait pu trouver le sommeil et avait fini par se lever pour aller fumer sur la terrasse, enfilant simplement un baggy par dessus son boxer.

Le petit brun était assis sur la longue table de la cuisine, ne portant que son chemisier blanc, ses jolies jambes nues pendant dans le vide. Il plongeait avec délice  son doigt dans un gros pot de Nutella qu'il serrait jalousement contre lui, léchant avidement la moindre parcelle de la sucrerie. Et Tom observait fasciné les lèvres s'arrondisant autour de son doigt, sa petite langue rose s'en échappant de temps à autre suçotant la moindre trace chocolatée, ses jolis pieds se balançant avec une joie enfantine. Bill plongea  à nouveau son doigt dans la substance et il disparu à nouveau dans la bouche gourmande. Offrant inconsciemment un spectacle des plus délectable à l'homme aux cornrows noirs. Bill suçait son doigt lentement ronronnant presque de plaisir, les yeux clos la tète légèrement penchée en arrière exposant sa gorge pâle à la clarté de la lune le rendant quasi irréel. Les petit bruits de gorge atteignirent le tressé de plein fouet, une chaude vibration le parcourant, le rendant immédiatement dur. Et ses doigts le brulèrent de le touché.

Avant même qu'il ne le réalise, il s'avançait, son corps comme mu de sa propre volonté irrésistiblement attiré comme un papillon l'est par la flamme destructrice.
En un instant il fut devant lui, saisissant son poignet gracile. Il planta son regard incandescent dans les prunelles mordorées, avant de goûter à son tour le doux nectar de sa peau chocolatée. En suçant chaque phalanges, lentement, ses yeux rivés dans les prunelles d'ambre qui le fixaient comme fascinées. Bill retint son souffle interdit, se léchant inconsciemment les lèvres, attirant aussitôt les yeux affamés de Tom sur elles. Il fondit sur sa bouche en un instant la dévorant avec passion, sentant avec bonheur ses douces lèvres s'ouvrirent à son baiser, sa petite langue fraiche venant timidement caresser la sienne le rendant un peu plus accro. Le tressé l'attira entre ses bras et il fondit contre son torse.
 
Ses fins doigts frôlèrent timidement les muscles saillant sous la peau mate. Tom expira lourdement, prenant le temps de le goûté, de savourer cette chaude étreinte. Il prolongea leur connexion sa grande main maintenant sa tète, appuyant le baiser. Son chaton trembla mais il ne le repoussa pas. Et quand il senti ses mains délicates remonter sur ses bras pour s'accrocher à sa nuque, accrochant ses longues tresses, il perdit pied. Il enfonça ses doigts dans l'épaisse chevelure nuit dévorant sa bouche avidement et rapprocha leurs deux corps. Son bras libre possessivement enroulé autour de la fine taille lui faisant sentir son désir irrépressible. Bill sentit l'érection imposante se presser contre son ventre il gigota gêné et Tom pu sentir que le désir était réciproque. En un grognement sourd il saisi les haches du gamin faisant s'entrechoquer leurs sexes à travers leurs vêtements. Bill s'arqua et Tom le maintint plus fort encore imposant une friction brûlante. Alors que le gamin s'accrochait à ses épaules massives haletant doucement. Tom raffermis encore sa prise de son bras, sa main libre glissant sur la peau veloutée de ses cuisses un peu et plongeat son visage dans son cou, y mordillant et suçotant une parcelle de peau fine, la rendant violacée.
 
Bill gémis bassement, sa voix prenant des accents rauque, son bassin partit en avant faisant se rencontrer leurs désirs douloureux.
Et la dernière étincelle de raison fut consumée par le brasier les enflamant. Son corps et son âme tout entier voués au désir du tressé et à sa fougue.


Tout comme le tressé l'était, aux gémissements de l'adolescent. A ses regards innocent. A ses lèvres à présent rouges et gonflées. A ses soupirs devenant rauques. A son corps quémandeur. C'était à en devenir fou, à en perdre déffinitivement la raison. Tom serra les dents, donnant un coup de bassin lent et profond le faisant gémir plus fort.


Alors le chaton se fit Tigresse son corps vibrant avide de cette sensation qui incendiait son corps faisant cogner son c½ur plus fort faisant couler de la lave en fusion dans ses veines se précipitant dans son aine. "Oui Tom, oui." gémi-t-il éperdu, ses ongles s'accrochant aux larges épaules. Ces mots susurrés par cette voix rendue rauque par le désir parvinrent directement à l'aine de l'homme tressé et il enfonçant son bassin entre les cuisses offertes. Ses hanches imprimant un mouvement de balancier torride les étourdissant tout deux.

Tom le caressa à travers son boxer ses hanches ruant d'elles même se pressant contre sa main. Bill miaula de plaisir, son souffle se faisant haletant rendant Tom plus fougueux encore, drogué à sa voix et au parfum de son corps. Ses mains impatientes tirèrent sur le fin chemisier faisant sauter les bouttons et firent disparaitre le petit boxer. Le laissant totalement nu à sa merci. Haletant Bill réouvri les yeux alors que Tom stoppait tout mouvement. Il baissa les yeux jusqu'à cet endroit que brûlait le regard de Tom, là sur son aine pâle où s'était niché le tatouage étoilé. Sa symbolique du passage à la vie d'adulte. 
 

Tom en retraça les contours du bout des doigts et plongea son regard dans le sien ses yeux encore plus noirs de désir si c'était possible. Il empoigna ses cheveux tirant dessus découvrant sa gorge pâle la dévorant de baisers mordant. Putain...Tu me rend dingue, gamin... Grogna-t-il contre sa peau. Tu me fout en l'air.
 
En quelques secondes il avait ouvert son baggy empoignant leurs érections les caressant ensemble. Ils étaient déjà si proche, sa mains large les emmenant à l'extase en quelques mouvements. Bill s'arqua criant alors qu'il venait, se répandant sur ses doigts et son propre ventre. Tom grogna, son sexe frottant sur la peau encrée. Et vint à son tour dans un gémissement bas et rauque répandant sa semence chaude sur l'aine de l'adolescent. Son fin corps trembla fort entre ses bras et il ressera son étreinte, carressant son dos et ses cheveux l'appaisant doucement.  
Il parsema son visage de doux baisers, son front, son délicat petit nez et sa bouche, s'y attardant. Quand le corps de son chaton se fit plus leste, ses yeux se fermant d'eux même.
Tom le soulevant dans ses bras très tendrement  et l'emporta vers sa chambre.



















Tags : Kitten

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.89.34) if someone makes a complaint.

Comments :

  • BaelBombshell

    20/11/2011

    Oh ! He bien je viens de me rendre compte que je l'avais déjà lu il y a un certain temps --" ...
    C'est un très bon Chapitre soit dit en passant, quoi que, tout de même un peu déstabilisant à la fin =/ ...
    Je sais que Bill se croit amoureux de Tom, mais tout de même, se laisser entraîner comme ça dans tous les sens =s

  • millicen212

    07/11/2011

    hello tes histoires sont vrai super génialllll, est ce que tu pourrais me prévenir s'il te plait?
    ma préféré c'est kitten elle est trop génial vraiment merci d'écrire.
    millicen212

  • C0rA-33

    23/10/2011

    Toujours aussi bien. Merci de continué a me prévenir.

  • meilleursennemisth

    04/10/2011

    Oulala mamounette !! Mais quelle merveille!
    *o* J'aime tellement ce chapitre. Ton ecriture me manquait !
    Vivement le prochain chapitre! Je suis fin prête x)

    Kuss
    Morenit@

  • bleibtxmitxmir

    16/08/2011

    Coucou
    J'aime trop
    Magnifique
    Je peut être prévenue merci
    Bisous
    Cam

  • x--katia--th--x

    06/08/2011

    Très bon chapitre ! ^^

    J'aime toujours autant ce que tu écris...

    Bonne continuation ;)

    Et toujours pas grave pour le retard ^^

  • Tori-Os

    04/08/2011

    Ma belle je t'ai mises en lectrice VIP pour mon prochain article
    Bisous

  • sawako20

    03/08/2011

    j'adore trop merci pour cette suite !!! tu écris tellement bien , c'est super agréable!
    bonne continuation !

  • Billsaw

    23/07/2011

    mdr oui le gusbill est le pire de tout
    d'ailleurs c'est ce qu'on obtient si on mais le visage maigrichon de bill sur la grosse tete de Gustav ;)

  • eventhough-without-you

    23/07/2011

    Moi jm'imagine un truc de fou les filles en lisant les coms.. Vous dites que ya eu que quelques préli.. Certes on peut pas dire le contraire. Mais imaginez un peu que Scratii est prévu une suite le lendemain matin.. Elle va nous amener ça avec un tel talent qu'on sera bien plus d'une à baver sur nos écrans =P

    En gros j'ai envie de dire BIG UP à Scratounette et son talent d'artiste <3 (et puis bisous à toi la miss ^.^)

Report abuse