Kitten prologue



Il avançait seul sur cette route quasi déserte, ici tout était gris, les murs, les immeubles, le bitume, le ciel, tout.
Le jeune androgyne rabattit sa capuche et renfonça ses mains dans les poches de son sweat informe, la température a encore chutée, il fera bientôt nuit, encore cinq cent mètres et il sera arrivé. Il remonta la sangle de son sac-à-dos sur sa frêle épaule et poursuivi sa route.


Il en avait pris l'habitude désormais, tout les jours il devait parcourir les deux kilomètres cinq qui le séparait de son lycée. A pied, parce que sa mère refusait de lui payer le bus, ce n'est pas comme si on lui demandait son avis, donc il partait avant tout le monde et revenait le dernier, quand les habitants lambda de la cité avaient fait place à la faune nocturne. Des dealeurs, racketeurs, trafiquants en tout genre, réunis en groupe un peu partout, braséros, RAP, alcool, joints, la nuit leur appartient , ici, ils sont chez eux.


Alors Bill fait profil bas, ici il vaut mieux ne pas se faire remarquer, alors il se fait le plus discret possible, juste une ombre anonyme dans la nuit. Ça fait plus d'un an qu'il vit là, ou plutôt vivote, presque deux ans que sa vie tranquille s'est dégradée, effondrée comme un château de carte, du jour où son père s'était tué dans un banal accident de la route, un accident comme il y en a tous les jours partout dans le monde.
La suite ne fut qu'un long engrenage, Simone, sa mère, avait sombrer dans la dépression et l'alcool et s'était totalement désintéressée de lui, non pas qu'il fut le centre de sa vie jusqu'alors.
A la suite de ça, sa mère, avait été licenciée, puis les dettes s'étaient accumulées, les huissiers avaient saisi les meubles et le pavillon et ils avaient atterri là à Marzahn souriante cité HLM de la banlieue berlinoise.


Sa mère avait alors commencée à écumer les bars et un matin Bill s'était retrouvé affublé d'un beau-père Lenny.


Il leva les yeux vers le ciel qui s'assombrissait déjà les nuages étaient menaçants et ça n'arrangea rien à son moral.
Il remonta un peu plus le zip de son sweat et pressa le pas déjà en vue de son immeuble. Ses mains gelées enfoncées dans ses poches, il rentrait ainsi tout les soirs, deux kilomètres cinq aller, deux kilomètres cinq retour, pour regagner le taudis qui lui tenait lieux de foyer. Autant dire qu'il s'était fait à l'idée, fataliste plutôt que philosophe, les choses avaient bien changées en deux ans...


Le 12 janvier 2008 son père Jorg s'était levé, préparé et avait pris sa voiture comme tous les matins, il avait rejoint le trafic et c'est là qu'un chauffard avait coupé sa route, sa voiture avait été propulsée contre un mur et son père tant aimé, Jorg Trumper 43 ans, était mort et Bill avait dû tourner la page.


C'était ainsi il faisait la route seul et à pied car sa mère ne lui donnait jamais d'argent pour prendre le bus. Non l'argent avait une toute autre utilité pour elle, elle et Lenny.


Il atteint enfin le hall vétuste aux murs tagués et sales et se dirigea directement vers les escaliers, l'ascenseur ne fonctionnait jamais. Il rentra avec ses clés, soulagé de constater qu'ils n'étaient pas là, surement parti fêter le versement des aides sociales au bar du coin.
Quelques heures de répit. Il s'empressa d'aller s'enfermer dans sa chambre grappillant au passage un sachet de chips dans la cuisine. Il ôta son sweet défraichis, défis l'élastique qui retenais ses longs cheveux, beaucoup trop long pour le quartier, et s'installa à son bureau.


Il s'était à moitié endormi sur ses devoirs quand il les entendit revenir dans un gros bruit sourd, sa mère était surement tombée une fois de plus.


Il les entendit se disputer à propos d'une bouteille de rhum et il pris son mp3, la musique l'aidait à s'évader, à ne plus penser à eux. Il s'allongea sur son lit pour finir son devoir d'histoire, il lutta mais fini par s'endormir.


Quant il rouvrit les yeux sa petite chambre était plongée dans la pénombre et il était assoiffé, il déverrouilla sa porte lentement et il l'ouvrit attentif au moindre bruit, il se faufila silencieusement, longeant le couloir en priant de ne pas tomber sur lui, se faufiler étais devenu sa spécialité, avec sa corpulence petite et menue il passait quasi inaperçu, quand son beau père était de bonne humeur il l'appelait "La souris". Il avait presque atteint la cuisine quand il surgit. Ses yeux injectés de sang l'effrayèrent, il pouvait se montrer violent quand avait bu. Il Se jetta sur lui, Bill voulu fuir mais il se colla à lui, broyant presque son bras et tentant de glisser sa main dans son pantalon. Il se débattit et supplia en larmes « Non, Non je t'en pris pas ça» alors il le gifla sèchement lui ordonnant de se taire et entreprit de lui enlever son t-shirt. Avec l'énergie du désespoir Bill le repoussa. Sa tète heurta le mur et l'alcoolique s'effondra lourdement au sol, assommé.
Tremblant de rage et de peur Bill se releva, couru dans sa chambre, rassemblant quelque vêtements, son crayon khôl et son mp3, ses biens les plus précieux.
Il renfila son sweat, ressorti, enjamba l'ordure toujours au sol et avant de sortir il jeta un ½il dans le salon, Simone ronflait affalée sur le divan, elle ne s'était même pas réveillée.
La porte claqua et l'adolescent s'enfuit dans la nuit à toute-jambes...


La disparition de son père, la défection de sa mère
Toute cette souffrance...
Et maintenant ça...
C'est trop pour un seul homme, un homme? Non, un enfant
Un enfant qui a dû grandir trop vite par la force des choses,
Un gamin fragile dans un corps d'androgyne, trop attirant pour son malheur.
Une beauté, une attraction, qu'il ne peut ni ne veut assumer, ça le dépasse
Lui il est Bill, juste Bill et il n'a rien demandé de tout ça...



Il couru longtemps sous la pluie battante, à bout de force, à bout de souffle, il fini par ralentir mais poursuivi sa route sans but, continuer, ne pas penser, au froid, à la faim, à ce qu'il vas devenir, seul et démuni.
Il erra des heures durant, dans la nuit, atteignant le centre de Berlin ses frêle jambes ne le portant qu'avec peine, ses yeux brûlant de fatigue et il s'engagea dans une ruelle sombre et se laissa glissé au sol, trempé et transi de froid, caché par des cartons, de toute façon trop épuisé pour faire seulement un pas de plus.

...

« Hey, hey petit! » Bill rouvrit les yeux dérangé dans son sommeil par une main qui le secouait, « Hey que fait-tu ici? » Il fit l'effort de lever la tète pour voir son interlocuteur et vit un jeune blond, il avait l'air gentil « Allez viens, ne reste pas là, t'es gelé en plus» le jeune homme le hissa sur ses jambes, passa un de ses bras par dessus ses épaules pour le soutenir, l'entrainant vers une porte un peu plus loin et Bill se laissa faire.





Un com' là pour être prévenu de la suite
Merci à ma Microbette chérie
ma bêta sur cette fiction
kissoux
Scratounette

Tags : Kitten

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.89.34) if someone makes a complaint.

Comments :

  • ya-oi-amour-decriture

    14/03/2015

    c'est un bon commencement

  • angekarine1997

    06/03/2012

    si ki ce blond?? hum hum mistere

  • chaos87th

    11/11/2010

    C'est vrai que ça doit être dur de vivre avec des gens qui n'en n'ont rien à faire de soit.
    Je pense que Bill a bien fait de partir, mais que lui réserve l'avenir ?
    Je crois que je le saurais en lisant la suite.

  • Petit-canard-traductions

    28/09/2010

    hey coucou

    j'arrive looooooongtemps après mais j'ai enfin pris le temps de lire
    et je peux te dire que j'aime beaucoup ce début
    et je trouve aussi que tu écris très bien
    aller maintenant que je suis lancée j'espère pouvoir continuer sans que le net m'en empêche

    bizz groupiasse ^^

  • 0x-dark-Night-x0

    08/09/2010

    Putin pauvre Bill ='( Il a vraiment pas de chance =S

  • soop-fiction-TH

    02/09/2010

    Je ne suis généralement pas très fan des fictions où le personnage principal est une pauvre chose fragile et qui évidemment se fait battre et violer.

    Mais, une fois n'est pas coutume, je suis pressée de voir comment tu vas faire évoluer les choses, parce que je suppose que Tom ne va pas rester longtemps à l'écart de tout ça. =)

    Donc encore un petit Bill fragile et craintif, mais tu fais ça si bien =)

    Soop'

  • gustavette483

    25/08/2010

    trop trop bien j'adore =)
    trop envie de savoir la suite
    gros bisous

    PS: tu pourras me prévenir de la suite stp =)
    bisous

  • Black-x-Stones

    05/08/2010

    et bêh Oo c'est gai encore lloool!!!

  • Black-x-Stones

    05/08/2010

    kikou ^^ c'est ta bouille qui vient enfin lire ta fiction Kitten :p

  • alkaulitz-yaoi

    20/06/2010

    ça commence bien pauvre Bill lol mais bon ptêtre kil est tombé sur kelkun de bien :)

Report abuse