"A la symphonie de tes mots"


La musique aura, bien entendu,
une importance particulière dans cette fiction,
j'espère que vous apprécierez les liens que je vous ai trouver

« Langages des signes entre guillemets »





Chapitre premier





Bill avait toujours été un enfant solitaire et calme, à l'esprit curieux et vif, comme tous les enfants.
A ceci près qu'il avait un handicap, il était muet de naissance.
A ceci près qu'il était orphelin, sa maman étant décédée en le mettant au monde.
A ceci près que, son père, suite au drame, s'était entièrement consacré à son travail au détriment de tout le reste, s'en était totalement désintéressé et avait fini par abandonner le petit Bill aux soins de sa grand-mère le jour de ses six ans.



Une grand-mère dépassée par cet enfant silencieux, et pour cause, et renfermé sur lui même, on le serait à moins.


Mais Bill était de bonne constitution, étant intelligent, il avait très vite compris la situation, depuis il aidait sa grand-mère du mieux qu'il pouvait, pour de petite tâches ménagères comme par exemple aller faire les courses.
Les commerçants du quartier s'étaient vite habitués à ce petit bonhomme silencieux, mais souriant qui leur tendait sa liste et attendait sagement avec son grand panier d'osier, serrant dans ses petites mains le porte-monnaie de sa grand-mère.



D'un caractère plutôt renfermé et timide, il ne se mêlait pas aux autres enfant. Il aimait lire, plongeant avec délice dans les aventures peuplées de voyages et créatures fantastique écrites par jules Verne... Il aimait la nature et partait souvent à sa découverte dans les bois alentours, imaginant d'autres voyages, d'autres aventures. Et il aimait la musique...



Un jour qu'il se promènait dans les rues de sa petite ville.
Il fut totalement subjugué par une triste mélodie...
Il s'approcha, curieux comme tous les enfants de son âge...
Les notes s'échappaient par la fenêtre d'une maison basse et ancienne...
Debout au milieu d'une pièce rustique et accueillante se tenait la violoniste...
Car oui, le son mélodieux qui avait attiré le petit Bill c'est le chant du violon : ses accords faisant penser à des plaintes humaines. Ils etaient tirés de l'instrument par les mains talentueuses d'une très vieille dame.



Chaque jour en rentrant de l'école, le petit Bill se postait à la fenêtre et admirait la vieille dame. Souvent, il voyait des enfants pour la plus part de son âge, parfois plus vieux. Ils venaient et la dame leur apprenait. Bill avait compris ça très vite. C'etait un enfant vif et intelligent, malgré sa réserve surtout due essentiellement à son handicap.
Oui, Bill était même très intelligent, mais personne ne le savait car on ne l'interrogait jamais. Après tout, il était muet, autant ne pas perdre son temps. Alors, il suivait les cours, assis au fond de la classe, la maitresse ne s'en occupait pas,
elle non plus.



Anne, c'est le nom de la dame, qui en réalité n'était pas si vielle, mais les adultes ne sont-ils pas tous vieux aux yeux des enfants? Anne, disais-je, qui, avait remarqué depuis longtemps son petit visiteur, l'invita un jour à entrer. Rougissant, il s'exécuta, tout intimidé. Elle le rassura d'un sourire et tandis qu'il se régalait de biscuits maison, la dame pris son instrument et sitôt une douce mélodie s'élèva dans la pièce...





Désormais, chaque semaines, la gentille dame lui donnait des cours. Gratuitement. Car de toute manière sa grand mère n'en aurait pas eu les moyens. Et elle lui apprenait patiemment les rudiments de ce grand art.
Et Bill se révéla être un élève attentif et talentueux, son professeur s'émerveillant de la virtuosité de son jeune protégé. Ainsi tout droit sur ses petite jambes, un air très sérieux et appliqué sur sa bouille d'enfant, il faisait courir ses doigts et son archet sur les cordes fragiles, en tirant les accents les plus poignant, les graves et les aigus du noble instrument. Et en très peu de temps, là où la plupart n'en était qu'au B.A BA, esquissant laborieusement un "au clair de la lune" , lui en était aux auteurs tels Vivaldi, Mozart ou Bach, son préféré.



Un jour la grand-mère du petit Bill mourut, il fut placé et dû quitter son village où il avait ses points de repère et surtout Anne, la seule personne qui ne se soit jamais intéressée à lui.
De sa vie d'avant, il ne lui restait qu'une photo de sa maman et le précieux violon, offert par son Anne pour ses dix ans. Un "Alto Stradivarius" d'une valeur inestimable qu'elle tenait elle même de son père, luthier de profession et passionné de son illustre confrère.
Elle le lui avait offert se disant qu'il ne pourrait-être en meilleurs mains et que, puisqu'elle n'avait pas de descendance, ainsi le précieux instrument ne finirait pas aux mains de l'état.
Un instrument de très grande valeur donc que le petit Bill cachait jalousement, le conservant avec grand soin sans se douter de sa réelle valeur. Car après tout, ce n'était qu'un enfant et il était bien loin de toutes ces bassesses matérielles.
C'était son seul "Trésor" et il ne le montrait jamais, à quiconque.



Longtemps balloté d'une famille d'accueil à une autre, il avait fini par atterrir dans un institut. "Sainte Marie-des-Anges", un très ancien cloître tenu par des s½urs.



Une fois de plus, le petit Bill s'était fait à la nouvelle situation. l'austérité des lieux et des nones, leur sévérité, les levés tôt, les repas souvent frugaux, les heures de prières, et les punitions si on dérogeait un tant soit peu à ses innombrables règles. Des punitions, il en recevait souvent, le petit Bill. Mais il s'en fichait, dès qu'il le pouvait, une fois les corvées effectuées, il se sauvait. Il avait toujours été fin et agile et connaissait sur le bout des doigts chaque
recoins du cloître, et aucune issue possible ne lui avait échappé. Là il prenait son si précieux "Trésor" et filait dans les bois environnants ,laissant parler enfin toutes ses émotions, toutes ses peines, tout ce qui ne pouvait être dit.



Bill avait toujours été un élève appliqué, si on ne le brusquait pas, et qu'on mettait de côté l'oral bien évidement, il dévorait toujours les ouvrages qui lui tombaient sous la main, trainant souvent à la bibliothèque, il y faisait la plupart de ses devoirs, préférant là encore s'isoler de ses congénères, Math, Géo, Histoire, aucune matière ne le rebutait et il obtenait toujours de bonnes notes, avec un plus en musique, aussi, quand il eut quinze ans, il obtint une bourse d'étude, et pu enfin toucher son rêve du bout des doigts et entrer dans l'un des plus prestigieux conservatoires d'Allemagne, l'institut "Rostropovich" à Berlin.





Bill cligna des yeux sous le soleil de plomb et il hâta le pas, il traversait la cour en direction de la salle de solfège et ne voulait pas être en retard, il n'était jamais en retard.
«La ponctualité est la politesse des rois» disait Anne «Et toi, mon petit prince, soit toujours à l'heure».


Plusieurs regards s'accrochèrent à sa silhouette gracieuse, sans qu'il y prête la moindre attention.
Il intriguait ici, énormément de par sa beauté troublante, son très jeune âge et son niveau exceptionnel.
Mais surtout car il restait un mystère pour tous, le jeune homme semblait ne vivre que pour sa passion, son art, et ne se liait à personne, il se contentait de suivre les cours seul, de prendre ses repas seul, d'étudier toujours seul et le soir venu il regagnait la chambre qu'on lui avait alloué, toujours seul.
Pas d'amis, pas d'amours, pas d'histoires.


Non, Bill ne s'intéressait pas aux autres. Le peu de contacts qu'il avait pu avoir dans sa jeune vie avec ses contemporains avaient été plutôt brutaux et désagréables, alors non, les autres ne l'intéressaient pas.


Essentiellement autodidacte, Bill avait dû se plier au solfège et aux arpèges, s'épuisant parfois jusqu'à l'aube, ne cessant que vaincu par la fatigue et ses doigts engourdis et douloureux.
Il s'acharnait au delà de ses forces, s'imposant une discipline de fer, prenant à peine le temps de se restaurer et lorsque sa vue se brouillait, que ses yeux brûlais de fatigue, il se traînait jusqu'à sa chambre et s'effondrait sur son lit pour s'endormir aussitôt.
C'était bien plus qu'un art pour lui, c'était sa vie.


Hey Georg! Qui c'est?
Heu, Bill j'crois...
Hm, beau cul !
Ouais, Putain d'canon.
Il est maqué?
J'crois pas.
Alors il est à moi !
Bordel Tom ! C'est pas un objet !
Fais pas chier Gus',
râla-t-il.


Gustav était la voix de la raison et il était le seul à savoir lui mettre un peu de plomb dans sa cervelle de dreadé.
Le seul à lui faire garder les pieds sur terre un tant soit peu.
Tom est un élève brillant mais imbu de sa personne, Tom est un jouisseur, il est beau très beau, il le sait et en profite un maximum, il aime le sexe sous toute ses formes, il aime les filles mais ne dédaigne pas d'autres expériences et il a pour habitude d'obtenir tout ce qu'il veut.

[...]


Bill l'avait remarqué du coin de l'½il, il l'avait remarqué plusieurs fois d'ailleurs, ce grand mec avec son look de bad boy et ses dreads blondes, il ne passait pas inaperçu, Tom lui semblait-il, et il ne l'aimait pas.

Il n'aimait pas la façon dont il le détaillait sans honte, nonchalamment adossé aux casiers, en se léchant les lèvres comme s'il était une sucrerie, il n'aimait pas ce genre de personne, des caïds qui s'entouraient d'une cour de faire-valoir et surtout il n'aimait pas entendre, comme à présent, ce "Hm, beau cul" lancé comme un "Il fait beau".
Il ne lui lança qu'un regard froid et continua sa route, Tom n'était pas important.


[...]


Fait exceptionnel peut-être dû à la douceur du temps, Bill s'était accordé une pause. Pause qui pour lui, signifiait de travailler dehors, à l'ombre d'un chêne centenaire entouré de ses partitions qu'il revoyait et retouchait, bref, une petite heure de calme dans la vie de Bill Kaulitz.
Gustav l'observa un moment et se décida. Bill releva la tête quand son ombre s'étendit jusque sur ses partitions, il le regarda méfiant et Gustav lui signa :
« Bonjour moi c'est Gustav »
Il sourit agréablement surpris et répondit :
« Bonjour, moi c'est Bill, comment tu.. ? »
« Ma petite s½ur est sourde »...


Peut-être que finalement il ne serait plus seul.
Peut-être que finalement les autres pouvaient l'intéressé.





Un grand merci à ma
Tigrounette, ma béta lectrice sur cette mini-fic
Kissoux
Scratounette

Un grand merci à Soop' qui a créer cette pix pour moi

Un com ici pour être prévenu de la suite
kissoux
scratounette

Tags : A la symphonie de tes mots

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.166.172.33) if someone makes a complaint.

Comments :

  • KureSdentS

    23/08/2012

    Hallo,
    Belle histoire pour ce début. Reste à voir comment Tom va s'insérer dans la vie de Bill.
    Gustav qui parle la langue des signes c'est juste trop bien comme idée.
    J'aime beaucoup la personnalité de Bill, replié sur lui même, isolé dans son monde comme une protection.
    Bizzz - kty

  • Vie-amours-emmerdes-du14

    14/08/2012

    Bill est quelqu'un de bien =)

  • Tokar-Hotel

    19/02/2011

    J'adore, Bill est trop mystérieux je trouve !

  • chaos87th

    11/11/2010

    C'est vrai que c'est dur d'avoir un handicap.
    On est toujours à l'écart même si on essaie de s'intégrer.
    JE sens que Tom veux jouer avec Bill, mais qu'il va tomber sous son charme.

  • meilleursennemisth

    17/05/2010

    Trop bien cette pix
    ;-)

  • Forgive-Me-Os

    17/05/2010

    *-*
    J'aime les ecrits qui touchent aux handicaps
    Vraiment ce debut est biiiien *-*
    Je vais me lire la suite de ce pas

    & les musiques, ca fait s'emplifier les sentiments (par contre la 3ème, je n'avais pas vu le film, j'avais lancée la video et après pour l'éteindre j'ai sauté de mon siège moi en voyant la partie sur laquelle je suis tombée ptdr)

    Je m'en vais lire la suite :)

    Oh et puis la fin avec Gustav, voilà,enfin ca va lui faire s'ouvrir au monde sur une autre personne, meme si Tom le badboy ne m'etonne pas, j'espère qu'il va pas jouer méchamment avec ses pieds >_<

  • soop-fiction-TH

    16/05/2010

    De rien. =)

    J'avais envie de faire joujou avec photofiltre, et quand j'ai vu cette image de Bill (http://www.flickr.com/photos/tooshytoscream/3938915872/), j'ai trouvé qu'il collait pas trop mal avec ton personnage.

    Donc voilà. Déjà, je me souvenais que Bill c'était le violon. XD

    Tiens question que je me posais l'autre jour, il fait quoi dans cette école, Tom? A part faire le tombeur? De la guitare?

  • 0o-montagestokiohotel-o0

    15/05/2010

    j'aime beaucoup!! ça fait longtemps que je cherchais une fiction où l'un des deux jumeau est muet , je suis contente d'avoir trouvé ton blog ! bisous

  • alkaulitz-yaoi

    10/05/2010

    par contre Tom lui c'est les cornes lol mdr

  • alkaulitz-yaoi

    10/05/2010

    la fin j'ai adoré vive Gugus :)

Report abuse